Bannière Faculté des sciences ISE
microsoft office 2010 where can buy office cost of windows 10 how much autosketch 10 price of illustrator mac illustrator cs6 for os x educational license cheap archicad cheap license archicad 20
........

Au coeur des enjeux environnementaux

developpez-vos-competences

Site internet

Nouveau site internet de l'Institut des sciences de l'environnement à venir ! 

Bon été à toutes et à tous !

Le Centre de recherche interinstitutionnel en toxicologie de l'environnement de l'UQAM reçoit une subvention d'Environnement Canada

Le Centre de recherche interinstitutionnel en toxicologie de l'environnement de l'UQAM (TOXEN), affilié au Centre interinstitutionnel de recherche en écotoxicologie du Québec (CIREQ), a obtenu une subvention de 178 000 $, dans le cadre du programme «Subventions et collaborations» d'Environnement Canada. Cette contribution permettra aux chercheurs du TOXEN/CIREQ de poursuivre leurs projets de recherche sur les algues bleu-vert. C'est la première fois qu'un regroupement de chercheurs québécois reçoit une telle subvention dans le cadre de ce programme d'Environnement Canada.

Philippe Juneau, membre du TOXEN et professeur au Département des sciences biologiques, qui participe à plusieurs cours de l'Institut des sciences de l'environnement, effectue des recherches sur les algues bleu-vert, aussi appelées cyanobactéries, qui sont des organismes planctoniques vivant naturellement dans tous les lacs et rivières depuis des milliards d'années. Les recherches visent à comprendre les facteurs environnementaux qui déclenchent la croissance rapide des cyanobactéries et la synthèse des cyanotoxines (molécules toxiques). Les cyanotoxines peuvent contaminer l'eau potable et présentent un risque pour les organismes vivant dans les cours d'eau et pour les animaux qui boivent cette eau.

D'autres projets du TOXEN se penchent sur le transfert des cyanotoxines entre les différents maillons de la chaîne trophique et sur les effets qui y sont associés. Les professeurs Monique Boily et Philip Spear, du Département des sciences biologiques, comptent parmi les chercheurs impliqués dans ces recherches.